Archives:

Article dans Var matin décembre 2008

AG janvier 2009

Cirque 2009

animaux et bébés

Cotisation

Status

Vidéos

Journée sans viande

Stérilisations 2008

Le koala qui a très soif

Stabat Mater 29 mars 2009

Gribouille à Nevers

transport de bébés

Concert jazz 23 mai

Danemark

Tigre et ses bébés

Marché Noel 09

Nouvelles de la petite chienne abanconnée

images d'un faon pas farouche du tout

Concert Johnny

refuge sur Fayence

pour l'amour d'un chat

article de presse sur Claviers

Manif à Nîmes

TOPFM

salon des collectionneurs

Actualités fin 2018

Salon 2019

 

 

Association pour la Régulation et la Protection des Animaux Familier

Nous cherchons des bénévoles pour assurer des actions ponctuelles auprès des animaux.

Mais également pour assurer des permanences pendant les manifestations.


Nous organisons une réunion d’information le vendredi 8 novembre à partir de 18h à la salle la renaissance Boulevard de l'Annonciade à Fayence (Face à la poste).


Vous êtes les bienvenus même si vous n’avez qu’une heure par an à nous consacrer.

Message copié via Facebook

"Attention à vos annonces de « chiens perdus » sur les réseaux sociaux, des escrocs ont trouvé une nouvelle source de revenu

Les équipes de la société I-CAD dénoncent une escroquerie qui aurait touché plus de 50 personnes et un phénomène qui s’intensifie avec les réseaux sociaux

Des personnes sans scrupule profitent de la détresse de celles et ceux qui ont perdu un animal pour leur extorquer de l’argent.
Prétextant avoir trouvé l’animal, les escrocs contactent le propriétaire grâce aux coordonnées mentionnées dans l’annonce « animal perdu », arguant d’être en possession de l’animal avec pour preuve son numéro d’identification.
Ils posent pour condition le paiement d’une somme à débourser pour honorer des frais vétérinaires qui auraient été engagés afin de soigner l’animal ou simplement pour le récupérer. Naturellement ces personnes n’ont ni le chien, et encore moins engagés de frais vétérinaires.
Vigilantes, les équipes de la société I-CAD ont récemment mis à jour un tel dispositif.
Grace aux numéros d’identification d’animaux glanés sur internet et/ou les réseaux sociaux, l’escroc aurait déclaré avoir trouvé plus de 50 animaux et ainsi tenté d’arnaquer leurs propriétaires.
La société I-CAD invite les détenteurs d’animaux à redoubler de prudence et les victimes à signaler la situation, tant aux services I-CAD qu’aux autorités compétentes (polices, gendarmeries)"


Ramassés à la moissonneuse après une vie de souffrance !
La souffrance des poulets Duc

les conditions de vie des poulets dans deux élevages situés dans l’Aube et l’Yonne, sous contrat d’intégration avec la marque DUC, poids lourd de l’agroalimentaire.

Après une vie de souffrance, les poulets sont ramassés par une machine, sorte de moissonneuse à poulets. Ils sont ensuite brutalement entassés dans des caisses avant de partir à l’abattoir. Nos images ont été tournées en avril 2019.

 

Concernant les chevaux maltraité à Fayence, suite. Petit rappel des faits:

Sur la commune de Fayence, dans une maison qu'elles avaient loué dans un quartier résidentiel, ces dames avaient entassés 90 chevaux, ânes et poneys.

Non seulement elles ne payaient pas leur loyer mais non plus l'électricité et l'eau. Après enquête, l'ARPAF s'est rendu compte que les chevaux étaient entassés sur 3000M2 et bien souvent les bassines d'eau étaient vide. Il y a eu plusieurs morts non seulement dans les chevaux mais également un motard qui s'est encastré dans le camion qui devait livrer le foin. La route ne se prêtant pas à la manoeuvre pour les camions.

Après plusieurs tentatives pour les déloger de la maison privée qu'elles occupaient sans payer le loyer, elles sont partie dans un autre département.

Voici la seconde fois que ces dames sont prise en défaut de soins vis à vis des animaux qu'elles ont récupéré. La justice vient de trancher.

 

 

Avis aux auteurs de maltraitance animale

Le tribunal correctionnel de Bastia a maintenu en détention un couple pour des actes de cruauté sur des animaux. Noelle Romero, 48 ans, est condamnée pour ces faits à un an de prison dont huit mois avec sursis, assortie d’une mise à l’épreuve d’une durée de trois ans soumise à une obligation de soins.

La partie ferme est soumise au mandat de dépôt. Elle a également interdiction définitive de détenir des animaux. Frank Baldin écope de 18 mois de prison dont 10 mois avec sursis, assortie d’une mise à l’épreuve d’une durée de trois ans soumise à une obligation de soins.